Travailler ou non après 60 ans ?

travailler a la retraite

Cap retraite nous explique que bon nombre de retraités décident de reprendre le travail pour des raisons financières, pour occuper leur temps ou tout simplement pour reprendre une activité professionnelle. Ces dernières années, il est plus simple pour un sénior de retourner travailler depuis le Décret de financement de Sécurité sociale. Le cumul est pourtant soumis à quelques conditions avant que la personne ne recommence une vie professionnelle.

Les conditions pour la pension

C’est la disposition la plus connue qui permet de travailler après 60 ans. Il permet à tous les séniors d’exercer une activité professionnelle en continuant de toucher leur pension complémentaire et leur pension de base.

Le cap retraite doit avoir stoppé au préalable ses activités professionnelles, quel qu’en soit le régime, pour pouvoir accéder à ce dispositif et jouir de revenus sans contrainte.

Il y a néanmoins des activités qui sont exceptionnelles. Elles peuvent varier en fonction du poste (gardiens d’enfants, artistes, assistantes maternelles, etc.), des revenus issus du secteur (SMIC, tiers du SMIC, etc.) et de la nature de l’activité (activités assimilées et juridictionnelles, participation à des instances délibératives ou consultatives).

Des sites spécialisés pour les séniors comme Cap Retraite sont disponibles pour l’accompagnement dans les démarches pour l’obtention des pensions.

Le fonctionnement du cumul

Il est tout à fait possible pour une personne ayant atteint 60 ans de cumuler l’emploi et la cap retraite. Le cumul peut être appliqué sur l’ensemble des régimes, notamment le régime des indépendants, le régime général des travailleurs, des fonctionnaires, le régime agricole et des professions libérales.

Etre retraité et salarié en même temps permet d’avoir une revenue plus conséquente via le salaire et la pension.  Il est toujours possible pour la personne retraitée de  reprendre le travail et de faire la demande de reversement si le paiement  de la pension est suspendu.

Un nouveau contrat doit être signé même si le senior veut retravailler chez son ancien employeur.

Le cumul doit également impliquer le respect de quelques conditions qui sont liées à l’âge soit :

  • La personne doit absolument atteindre 60 ans, c’est l’âge pour la cessation de la vie professionnelle et l’inscription à une assurance qui permet d’obtenir la pension sans abattement
  • Elle atteint l’âge pour obtenir le taux plein sans qu’il y ait stipulation de durée d’assurance

Cap retraite nous explique :Tous les retraités qui ne remplissent pas ces règles peuvent travailler, mais ne peuvent pas cumuler le total de leurs pensions et leurs sommes supplémentaires. Ils doivent respecter le délai de six mois dans le cas où ils veulent reprendre le travail chez leur ancien employeur.

Les revenus perçus ne doivent donc dépasser ni 160% du SMIC, ni le salaire médian revalorisé des dernières décennies d’activité ni le montant du salaire perçu avant la cessation normale de la vie professionnelle.

L’allocation est suspendue si la combinaison  de la somme de la pension et de l’activité salariale dépasse ces trois limites. Les activités qui relèvent du régime des artisans, des professions libérales ou encore des commerçants peuvent déroger au règlement et peuvent accéder au cumul total.

Explication des conditions à suivre

Liquider toutes les pensions

Il faut demander tous les bénéfices auxquels le sénior peut prétendre pour pouvoir poursuivre ou reprendre son activité au moment de la Cap Retraite. Cette loi peut faire exception pour certains travailleurs qui n’ont pas atteint leur retraite à taux plein.

Les médecins libéraux, quant à eux, peuvent demander leur pension complémentaire et leur pension de base à 62 ans, même si l’âge réel pour partir est de 65 ans.

Rompre l’accord de travailleur antérieur

Il faut cesser le lien professionnel avec l’employeur antérieur, ce qui engage à la rupture de contrat pour le salarié. C’est une formalité plus que nécessaire même si le nouveau travail consiste à poursuivre l’ancien.

Le cas échéant, la disposition exige soit une immatriculation prouvant l’indépendance du travailleur, soit une stipulation d’un nouveau contrat. Les professionnels ou les commerçants poursuivant leur activité ne sont donc pas soumis à ce règlement. Ils doivent par contre signaler à leurs caisses de retraite la poursuite de l’activité pour être à nouveau affiliés.

Prévenir les caisses

La nouvelle situation est à signaler auprès de toutes les caisses versant une pension et cela dans le mois suivant la reprise ou la poursuite de l’activité.

Le travailleur est tenu d’indiquer à la Caisse National d’Assurance Vieillesse (CNAV) et aux autres caisses complémentaires les informations concernant son nouvel employeur.

Le fonctionnaire est également dans l’obligation d’effectuer la même démarche dans un établissement chargé de payer sa pension  ou auprès de la Caisse National de Retraites des Agents des Collectivités Locales (CNRACL).

Le commerçant ou l’artisan doit avertir de la reprise et de la poursuite de son travail le Régime Social des Indépendants (RSI).

Les formalités

Les séniors sont dans l’obligation de prévenir l’assurance qui va leur verser une pension dans le mois qui suit la date de la reprise de l’activité. Ils doivent aussi transmettre diverses informations :

  • Nom  et adresse de l’employeur
  • Date de commencement de l’activité
  • Nature, régime de sécurité sociale où il est affilié et montant des revenus professionnels
  • Bulletins de paie ou autres pièces justificatives prouvant les revenus perçus
  • Noms et adresses des autres établissements qui lui versent la pension

Les modalités de l’emploi après

Il est possible de demander les bénéfices des pensions dès l’âge légal atteint. Une  certaine durée d’assurance doit effectivement être atteinte pour obtenir les pensions « à taux plein ».  La durée peut varier en fonction des générations : 165 trimestres sont utiles  pour ceux qui sont nées en 1954 et 166 pour ceux qui sont nées en 1955.

Le cumul intégral

Ce dispositif est conditionné par la liquidation de l’arrêt du travail à taux plein. Il peut offrir la possibilité de percevoir le revenu sans que ce dernier n’ait aucune limite.

Une personne atteignant l’âge de la cap retraite peut être embauchée même chez le dernier employeur ou créer sa propre entreprise. La nouvelle activité professionnelle peut être différente ou identique à celle qu’elle a exercée avant son arrêt.

Les ex-fonctionnaires ayant des pensions liquidées à partir de janvier 2015 et  les travailleurs  indépendants  comme les artisans, commerçants, etc. sont concernés et cela quel que soit le secteur de l’emploi, public ou privé.

Le cumul limité

Le cumul entre le nouveau salaire  et les pensions est limité quand la cessation n’est pas liquidée normalement à plein taux. Le plafond est souvent fixé pour  l’ex-salarié soit à 160% du somme du SMIC, soit à la moyenne du salaire brut soumis à CSG.

La différence est directement déduite de la pension perçue par le sénior s’il y a dépassement de ces plafonds. Un délai de 6 mois de pause doit être respecté dans le cas où il effectue à nouveau l’ancienne activité.

Le cumul limité peut avoir lieu sans qu’il y ait un délai si le revenu est bien plus supérieur au tiers de la somme annuel brut. Ceci est valable pour les ex-fonctionnaires des collectivités territoriales et hospitalières, sauf les militaires, ayant des pensions liquidées depuis janviers 2015.

L’anticipation et le cumul

Il est possible d’anticiper et de partir avant l’âge autorisé en cap retraite en cas de carrière longue ou en cas de handicap.

Le cumul avant l’âge autorisé

Les nouveaux salaires et le cumul pension suivent deux restrictions quand il y a une anticipation. Tout d’abord, le cumul est circonscrit jusqu’à l’âge autorisé à sa génération. Ensuite, il faut respecter le délai de 6 mois pour retravailler chez le dernier employeur.

Le cumul après l’âge autorisé

Les nouveaux salaires et le cumul doivent remplir toutes les conditions afin d’être perçus intégralement une fois que l’âge légal est atteint. Il n’est pas utile de prévenir les caisses une nouvelle fois dans le cas où l’activité a déjà commencé. Par contre, il faut suivre les démarches nécessaires si elle n’a débuté qu’à partir de 62 ans.

Les cotisations à fonds perdu

Une personne ayant dépassé la soixantaine renouant avec le travail n’a plus le droit d’engranger une nouvelle pension. Cependant, ses revenus sont assujettis par les mêmes cotisations qu’un indépendant ou un salarié.

Ce régis s’applique au cumul intra régime c’est-à-dire quand la nouvelle activité relève de la même administration d’assurance que celle qui verse la pension. C’est aussi valable pour le cumul inter régime c’est-à-dire quand la nouvelle activité ne relève pas de l’administration de celle qui verse la pension.

L’acquisition de droits à 60 ans

L’acquisition de nouveaux privilèges  en cap retraite varie selon la situation du retraité en cas de cumul emploi-retraite. La nouvelle activité ne permet pas d’être bénéficiaire des nouveaux droits si la pension est liquidée après le début de l’année 2015, sauf en cas de cessation progressive de son ancienne activité professionnelle.

La nouvelle profession lui permet l’obtention des droits si la pension est liquidée avant 2015. Cela est réalisable seulement si les cotisations sont payées  auprès d’un régime qui ne lui verse aucune pension.

Pourquoi ils travaillent à 60 ans ?

Le travail après 60 ans est un choix ou une nécessité pour les séniors. Ils avancent de différentes raisons qui les emmènent à aller dans ce sens : envie de garder un rôle dans la Société, besoin d’une vie active, de longues études, une maternité tardive. Les besoins financiers sont aussi très présents puisque la pension est assez basse estiment-ils.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *