L’avenir du métier de rédacteur web

redacteur web

Sur la toile, il est probable que seuls les experts feront autorités dans un avenir proche.

Pour survivre aux changements qui s’opèrent actuellement ( Author rank, Pingouin, etc.), les rédacteurs web n’auront d’autres choix que de se spécialiser et de se professionnaliser.

Car ceux qu’on connaissait dans le temps, ceux qui rédigeaient des articles sans y apporter une réelle valeur ajoutée n’ont déjà plus leur place sur le marché.

De plus, beaucoup de rédacteurs généralistes font face à la concurrence des agences offshore et ont bien du mal à vivre de leur plume.

Quant à ceux qui se sont déjà spécialisés, l’avenir ne pourra que leur être favorable, car leur expertise prendra de la valeur.

Le marché de la rédaction aujourd’hui

Avec les algorithmes de Google qui ne cessent d’évoluer, les rédacteurs web doivent rédiger en intégrant toujours plus de normes qualitatives.

Aujourd’hui, on distingue deux grands critères que sont la qualité rédactionnelle et la qualité éditoriale.

Ce sont là, deux choses différentes que le rédacteur doit maitriser pour espérer conserver une place sur le marché, car si l’aspect rédactionnel suffisait hier, un bon éditorial est aujourd’hui obligatoire. C’est ce facteur qui créer désormais l’audience et offre des opportunités de monétisation pour un site.

Or, puisque l’éditorial n’était pas d’une importance capitale jusqu’en 2013 (du moins, ce n’était pas ce facteur qui permettait de monétiser son site), la notion de qualité en terme d’identité du média reste très vague dans la sphère internet notamment chez les rédacteurs qui n’ont jamais évolué en dehors du web.

Ainsi, une grande majorité d’entre eux ne maitrise actuellement que le premier facteur d’excellence d’un texte : l’aspect rédactionnel. On parle ici du niveau de français, de la maitrise des règles de grammaire, d’une écriture sans fautes d’orthographe, d’un style adapté au web, etc.

Une montée en compétence s’impose donc aux auteurs.

Un tournant décisif pour les rédacteurs

Maintenant que c’est l’éditorial qui crée l’audience sur le web, beaucoup d’auteurs s’interrogent sur la pérennité de leur activité. Et ils n’ont pas tort, car leurs clients doivent dorénavant respecter les mêmes règles que les médias traditionnels (journaux, télévision, etc.) pour générer du trafic et monétiser leur site.

Ainsi, tout l’enjeu pour l’auteur issu de l’internet est de réussir à se hisser au niveau du journaliste traditionnel, titulaire d’une carte de presse.

Car aujourd’hui, il n’y a plus beaucoup de différences entre un rédacteur web et un journaliste au sens commun qui travaille pour un média de presse écrite. Tous deux sont sur un pied d’égalité quant aux tâches qu’ils doivent accomplir. À la différence près que le journaliste de formation connait bien la notion de qualité éditoriale, alors que l’auteur web a juste des connaissances supplémentaires sur le terrain du référencement.

Autrement dit, l’univers de tous les médias se confond désormais à celui du web et les rédacteurs qui ne se sont jamais frottés à l’internet concurrencent désormais les auteurs du web. Car pour l’instant, ce sont eux qui sont les plus compétents sur le plan de la qualité éditoriale.

Alors, pour subsister, l’auteur qui a tout appris sur internet et qui ne travaille que pour des sites web, doit dès maintenant apprendre à écrire des textes qui excellent autant sur les critères rédactionnels qu’éditoriaux. Pour mieux répondre à la demande bien sûr, mais aussi pour conserver une place sur un marché où les rédacteurs des médias ordinaires sont désormais mieux placés.

Mais attention, une monté en compétence pourrait ne pas suffire, car si la maitrise de l’aspect éditorial est un critère qui prévaut aujourd’hui alors qu’il n’est pas encore acquis par tous les rédacteurs, qu’en sera-t-il lorsque la crédibilité des auteurs deviendra l’unique référence de la qualité ?

La rédaction de demain

Il ne manque plus que la notion d’Author Rank se développe pour que les critères d’excellence se normalisent et portent le marché à maturité.

La notion de qualité reposera alors entièrement sur l’expertise de rédacteurs professionnels, ces derniers devant évidemment maitriser les aspects éditoriaux et rédactionnels, tout autant que les techniques seo. Ainsi, les débats sur ces critères n’auront probablement plus lieu d’être, car seul l’Author Rank devrait prochainement être retenu.

En effet, cet indice de crédibilité regroupe tous les autres critères qualitatifs, mais il implique également un niveau d’expertise très pointue. Ce qui suppose d’être spécialisé dans un domaine précis, car nul rédacteur ne peut prétendre à la crédibilité s’il n’est pas un expert.

Mais si l’on parle de spécialisation, c’est aussi parce qu’un auteur qui reste sur des textes généralistes a peu de chance de pouvoir continuer à vivre de sa plume.

La faute aux agences offshores qui elles, sont très bien positionnées sur les textes généralistes et continueront à pratiquer des prix très bas. Au final, un rédacteur généraliste devra travailler plus longtemps pour gagner moins.

D’où la nécessité de se spécialiser pour augmenter ses tarifs et ses marges.

Un rédacteur qui se respecte a donc tout intérêt à développer sa crédibilité avec l’Author Rank.

Conclusion:

Le marché évacue progressivement les rédacteurs du dimanche et même parmi les meilleurs, beaucoup n’arriveront pas à s’adapter à temps.

Certains ont encore besoin de se professionnaliser et d’acquérir de nouvelles compétences, mais surtout ils doivent dès maintenant travailler leur crédibilité d’auteur.

Conseil :

Nous sommes actuellement dans un tournant décisif sur le marché de la rédaction web.

Alors si vous envisagez de faire une longue carrière en tant que rédacteur, développez sans plus attendre votre crédibilité d’auteur et vos compétences rédactionnelles. En sachant bien que la qualité éditoriale d’un texte est une notion qu’il vous faut désormais bien connaitre.

Profil facebook de l’auteur

Auteur du site

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *